AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [PV Adriel] Promenade sous la pluie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Messages : 26
Date d'inscription : 31/08/2017

Feuille de personnage
Âge: 24 ans
Ormëns: 900
Santé:
100/100  (100/100)
avatar

MessageSujet: [PV Adriel] Promenade sous la pluie   Mar 2 Jan - 23:44

Il pleut sur Shimamoto...
Promenade sous la pluie
Ankarah dit au revoir à sa mère et sortit. Il pleuvait des cordes et elle tenta de protéger sa guitare tant bien que mal en se maudissant intérieurement de n'avoir toujours pas acheté d'étui.
Il faisait assez froid et le soleil n'allait pas tarder à se coucher. Elle devrait se dépêcher pour atteindre le centre-ville avant la nuit noire. Mais elle décida de ne pas se dépêcher. Après tout, elle s'en fichait.
Sa mère vivait au beau milieu de la Zone Nord, dans la banlieue Hina. Ankarah,
elle, passait la plupart de son temps dans la rue même si elle possédait une petite maison dans le centre ville.
Elle était donc habituée à marcher dans la ville, même la nuit, même sous la pluie, ainsi cela ne la dérangea pas de prendre son temps.
Elle avait réussit à envelopper sa guitare dans son grand châle ce qui la motiva plus encore à ne pas se dépêcher. Après tout, tant que sa guitare était en sécurité, Ankarah se sentait elle même très bien.

La jeune musicienne décida même de faire un détour pour passer dans l'avenue principale qui, selon elle, avait presque un charme. Les immeubles qui bordaient la route commençaient déjà à être éclairés tandis ce que la nuit tombait et les bars étaient plus animés que jamais. Parfois, il lui arrivait de s'arrêter dans l'un d'eux pour jouer de sa musique et rencontrer des garçons,
ainsi que des filles, même si ces relations là ne duraient en général qu'une seule nuit.
D'ailleurs, maintenant qu'elle y pensait, elle n'avait jamais eu de longue relation, probablement parce qu'elle aimait trop la solitude et le calme.
Ce soir là, Ankarah ne s'arrêta pas dans un bar. Elle fit signe à quelques connaissances mais n'alla même pas leur parler, elle avait besoin d'être seule et de se promener sous la pluie, si froide était-elle.

Elle tourna dans une petite ruelle qu'elle n'avait jamais empruntée avant.
Ici aussi se trouvaient quelques bars déjà animés ainsi que des restaurants où quelques amoureux s'embrassaient et où un père discutait avec sa fille. Ces images là firent sourire la musicienne qui s'arrêta un bref instant pour observer ces personnes. Elle aimait beaucoup observer. Elle était curieuse, certes,
mais c'était surtout pour apprendre des autres qu'elle se comportait ainsi.
Ankarah finit par reprendre sa marche et se retrouva dans une autre rue tout aussi animée. C'était aussi pour cela qu'elle aimait la Zone Nord, c'était parce qu'il y avait toujours des gens pour rire, parler, qu'il pleuve ou qu'il vente.
GOTHEIM sur Never Utopia


Dernière édition par Ankarah Ash le Mar 9 Jan - 23:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 18
Date d'inscription : 04/01/2018
Age : 25

Feuille de personnage
Âge: 30 ans
Ormëns: 700
Santé:
100/100  (100/100)
avatar

MessageSujet: Re: [PV Adriel] Promenade sous la pluie   Mar 9 Jan - 18:01

  • Adriel Martel
  • Ankarah Ash
Promenade sous la pluie
Quelle plaie. Tous ces gens. Tout ce vacarme autour de moi. Ouais, bon ils font la fête, mais ça les tuerait de baisser le ton juste un peu pour ne pas casser les noix d'un pauvre mec qui a couru absolument partout aujourd'hui? Pas possible d'avoir la paix une seule seconde dans cette ville de merde. Afin, on me dira sans doute de ne pas sortir de chez moi si je voulais vraiment la paix, mais voilà je suis ici dans ce bar bruyant à me faire chier grave pendant que j'attends quelqu'un. Si j'aurais pu choisir, j'aurais préféré continué de passer ma journée avec Mipha, ma petite fille. Quand je suis avec elle, je m'emmerde pas au moins. Ma journée de repos avait plutôt bien commencé, même si ce n'était pas très reposant. Me balader avec Mipha un peu partout dans la zone Nord, même s'il pleut toujours dans ce coin paumé, afin de lui faire découvrir l'endroit était plaisant, d'ailleurs j'ignore pourquoi soudainement elle avait eu envie de venir visiter le quartier, tant que ce n'est pas Mereth avenue, ça me va parfaitement. J'amènerai jamais ma fille dans ce coin, là où j'ai grandi. Bon franchement, je regrette d'avoir laissé cette fichue binoclard d'Edna me trainer ici. Un soupir franchit mes lèvres. Bordel que je me fais chier, ce n'est pas possible. J'aurais pu être à la maison peinard en ce moment, mais non, je suis là à attendre pour un rendez-vous qui n'aura sans doute jamais lieu.

Un verre d'alcool entre les mains que je m'amuse à faire tourner. Mon regard se levait souvent vers l'horloge derrière le bar. L'heure avance et pas le moindre signe de la personne que je suis censé rencontrer. J'aurais dû sentir venir le piège à des kilomètres, lorsque Edna m'a dit qu'elle voulait que je rencontre quelqu'un. Sur le coup, je pensais que c'était quelqu'un qui avait besoin de mes services. Quelle joie d'apprendre que finalement c'est pour essayer de me caser avec une femme. J'ai juste ça à faire de ma vie de chercher l'amour, quelle idiote. Ces arguments bidons qu'elle m'a lancés en plus : Mipha aurait besoin d'un autre parent tu ne crois pas? Pff, quelle connerie sérieusement. Alors qu'est-ce que je fous là à attendre? En fait, j'en ai aucune idée, j'ai quand même accepté. Je suis stupide, car j'en vois pas l'intérêt, Mipha n'a besoin de personne d'autre, j'en suis sûr. Puis, l'idée même de m'encombrer de sentiments inutiles m'emmerdes. J'ai accepté son offre, uniquement pour qu'elle me laisse tranquille et pour lui montrer que c'est des conneries les relations et que ça ne marche pas. Surtout avec moi. Elles prennent la fuite juste à me voir, alors je n'ai pas de crainte que ça s'éternise. Du moins, si elle se décide à venir. J'en ai marre d'attendre. Je vais me barrer et rien à foutre de la vexer. La patience, n'existe pas chez moi.

Ma tête repose tranquillement dans le creux de ma main, alors que ça fait 10 minutes qu'elle devrait être arrivée. Je vais tuer cette binoclarde pour avoir osez-me faire poireauté ici. Elle a surement pris ces jambes à son cou lorsqu'elle m'a vue. Ça fait vraiment chier tout ça. Par chance, Edna est à la maison et surveille Mipha, elle va prendre cher lorsque je vais rentrer. Après 15 minutes, je décide que c'était assez de temps perdu comme ça et paya mes consommations sans attendre plus longtemps. Je pris mon manteau posé à mes côtés afin de l'enfiler. On dégage d'ici au plus vite avant que je n'étrangle tout le monde à cause de ma mauvaise humeur. Je me dirigeai vers la sortie, mais juste avant, je me fis percuter de pleins fouets par un mec bourré qui avait reculé pendant que je passais. Lorsqu'il se tourna vers moi, je lui lançai un de ces regards glaciaux qui fait ma réputation.

- Pauvre débile, fait attention.

Il me répondit un faible désolé. Il ne releva pas le fait que je venais de l'insulter, sans doute par peur. Dans cette ville, vaut mieux faire gaffe à qui on s'en prend, on peut avoir des problèmes. Enfin, moi personnellement, je m'en fous complètement. C'est pathétique quand même, il faisait une bonne tête de plus que moi et j'ai quand même réussi à l'impressionner. Mauviette. Je sors enfin de ce bar sous le regard de certaines personnes et je lève la tête vers le ciel. Il pleut toujours, ça m'étonne pas et il se fait tard en plus. Pourtant, c'est toujours très animé. Je continuai de marcher le nez dans les airs. La pluie glaciale me tombant sur le visage. Je ne marchais pas d'un pas rapide, même si j'avais hâte de rentrer. Profitons, seul, de cette soirée où je ne risque pas ma peau. C'est alors que je percutai quelqu'un en face de moi. Je reculai quelques pas avant de me ressaisir et de regarder la personne avec qui j'étais rentré en collision.

-Hey, ça va?

Lâchai-je d'une voix toujours aussi vide, alors que je l'observais avec mon regard neutre.  Bon sang, personne ne fait attention dans cette ville ! Bon, c'est surtout de ma faute ce coup-ci, j'avais la tête ailleurs.
Each and every one of you... making those silly faces.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 26
Date d'inscription : 31/08/2017

Feuille de personnage
Âge: 24 ans
Ormëns: 900
Santé:
100/100  (100/100)
avatar

MessageSujet: Re: [PV Adriel] Promenade sous la pluie   Mar 9 Jan - 23:53

Il pleut sur Shimamoto...
Promenade sous la pluie
Ankarah continuait d'observer ces personnes, plantée au milieu de la rue, sans même se rendre compte qu'elle commençait sérieusement à attraper de la foutue flotte. La jeune femme avait toujours apprécier la pluie, d'ailleurs elle préférait les jours de pluie aux jours de soleil et c'était aussi pour cette étrange raison qu'elle venait d'autant plus voir sa mère dans cette région de Shimamoto où il pleuvait particulièrement. Mais ce que Ankarah aimait par dessus tout, c'était l'orage. Cependant, ce soir il faisait bien trop froid pour qu'il y en ait et la pluie se contentait seulement de se verser en trombe sur les routes sans se soucier des dégats qu'elle pouvait causer. D'ailleurs, il était certain que sa guitare allait peut être pourrir à force, mais lorsque la jeune femme observait, elle oubliait tout le reste, surtout lorsqu'elle observait sous la pluie, trempée comme elle était.

BAM

Celui-là, elle ne risquait pas de l'oublier. Elle se fit percuter par quelqu'un et revint aussitôt à la réalité. Elle n'aimait pas lorsqu'on la tirait de ses songeries, surtout comme ça, sans prévenir, comme pour rentrer dans un moulin. Même rentrer dans un moulin est moins brutal finalement. Sa première réaction fut donc de soupirer, sans pour autant montrer qu'elle était complètement agacée, et sa deuxième fut de regarder la personne qui lui avait foncé dedans tandis ce qu'il murmurait un vague "Hey, ça va ?". Ankarah haussa les sourcils et observa l'homme en question. Il devait être plus jeune qu'elle. Ou peut-être avait-il son âge, elle ne savait pas trop. Pas très grand, plutôt mince, il avait tout l'air d'un voyou. Mais cela ne fit pas peur Ankarah. Après tout, il lui avait demandé comment elle allait, il ne pouvait pas être si méchant. Ses yeux bleus clairs rivalisaient à merveille avec ses cheveux noirs. Ankarah sourit bêtement et revint de nouveau à la réalité pour la seconde fois.

"Super et toi ?"

Question bizarre, réponse bizarre. Ankarah regarda bêtement ses pieds et revint une troisième fois à la réalité en constatant que sa guitare était trempée. Elle soupira, se frappa le front et murmura:

"Mince... Ma guitare..."

Elle l'avait depuis si longtemps et elle n'était même pas capable d'en prendre soin. Il faut dire qu'il pleuvait souvent dans ce foutu quartier, elle n'avait pas d'autre choix que de zigouiller sa guitare. Après tout, celle-ci avait tenu le choc jusqu'ici, elle n'allait sûrement pas décéder maintenant. Ankarah fit la moue et enleva le châle trempé qui enroulait la guitare. Celle-ci était -effectivement- remplie d'eau. Ankarah vida l'objet et le liquide se déversa dans un splatch brutal sur le sol. La jeune femme essora ensuite son châle et, enfin, le remit autour de l'instrument avec amour. Puis, Ankarah reporta son attention sur le jeune homme. Elle frissonna, non pas de peur mais de froid et attendit. Engager une conversation n'avait jamais été son point fort. Surtout avec les gens qu'elle ne connaissait pas. Elle se rendit compte d'ailleurs que justement, la jeune femme ne connaissait pas cet homme. En réalité, elle connaissait presque tout le monde dans ce quartier. L'homme en question ne devait pas venir souvent ici, dans le cas contraire, elle l'aurait remarqué.
GOTHEIM sur Never Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 18
Date d'inscription : 04/01/2018
Age : 25

Feuille de personnage
Âge: 30 ans
Ormëns: 700
Santé:
100/100  (100/100)
avatar

MessageSujet: Re: [PV Adriel] Promenade sous la pluie   Mer 10 Jan - 17:53

  • Adriel Martel
  • Ankarah Ash
Promenade sous la pluie
Bon sang, quelle journée. Elle ne se terminera jamais. On dirait bien que c'est écrit dans le ciel que je dois discuter avec une parfaite inconnue. Moi qui pensais pouvoir m'en sauver, il fallait que je fonce dans cette femme. Peut-être devrai-je juste m'excuser et m'éclipser rapidement sans rien ajouter? Bof, pourquoi je ferais ça? Elle ne m'a pas esquivé en me voyant arriver à ce que je sache, alors elle avait autant la tête dans les nuages que moi. Je ne suis pas le seul fautif dans cette histoire. Même si je sais qu'Edna et même Mipha trouverait ça impoli de ne rien dire. Ce n'est pas digne d'un gentleman me diraient-elles sans doute. Encore des belles conneries. Je suis loin d'être ce genre de gars et je l'assume parfaitement. J'ai grandi dans un vrai trou à rat, faut pas s'attendre à grand-chose. J'ai demandé si elle allait bien, c'est suffisant. D'ailleurs j'attends encore sa réponse. Elle me scrute de haut en bas, ce qui m'agace fortement, mais je garde le silence. Elle a un problème ou quoi?

Enfin, j'attends en l'observant moi aussi. Elle a ma taille, des cheveux gris bleu, même chose que ces yeux. Couleur plutôt bizarre si vous voulez mon avis, mais bon il y a toute sorte de monde ici, il ne faut pas juger. Cette femme est plutôt jolie. Ouais, je sais quand même reconnaître la beauté, mais ce n'est pas pour autant que je vais aller faire des compliments comme un vieux pervers dégueulasse. Je vois aussi qu'elle transporte quelque chose, mais j'ignore ce que c'est et m'y intéresse pas plus que ça. Après, un instant, qui me parut une éternité, mais comme je suis impatient, il pourrait s'écouler 30 secondes que je trouverais ça longues, elle finit par me sourire et me répondre.

"Super et toi ?"

Bizarre comme réponse. Bon, je ne vais pas m'en plaindre, au moins j'en ai une. Je lui ai pas fait mal en la bousculant, c'est déjà ça. Un "ouais" s'échappa de mes lèvres pour répondre à sa question. Bien qu'il ait été plus honnête de répondre par "non", car je m'étais faits chier et poser un lapin par une fille, que je n'avais pas envie de rencontrer à la base, donc c'est un mal pour un bien. Je hausse un sourcil lorsqu'elle s'agite en parlant d'une guitare. Je découvris donc à cet instant l'objet qu'elle trimballait. Une guitare. Remplis d'eau d'ailleurs. Je croise les bras, alors qu'elle la vide et la remballe dans ce bout de tissu inutile, qui allait sans le moindre doute être trempé à nouveau dans quelques minutes et la guitare pleine d'eau. Traiter un si bel objet comme ça, elle n'a pas honte? Elle pourrait au moins le protéger mieux que ça, enfin bon... Je peux pas faire grand-chose.

J'y connais pas grand-chose en guitare, je suis plus piano, même si je n'ai pas l'argent pour pouvoir m'en procurer un, mais j'aime bien tous ces instruments. Si je ne m'étais pas tourné vers la voie que je suis présentement, j'aurais aimé apprendre à jouer de tous ces instruments. Maintenant c'est trop tard, malheureusement. M'enfin, même si elle ne la protégeait pas autant qu'elle ne le devrait, je voyais bien dans ces gestes qu'elle aimait cet objet. Bref, nous voilà à se fixer l'un l'autre comme deux abrutis sans savoir quoi se dire. C'est parfait, nous sommes deux personnes qui ne parlent pas beaucoup, ils sembleraient. Pour briser ce silence gênant, je poussai un soupir et me décidai à ouvrir la bouche à contre coeur.

- Tu devrais peut-être penser à protéger ta guitare mieux que ça, ça serait dommage d'endommager un aussi bel instrument. Puis de rentrer chez toi, ça serait con de tomber malade à cause de cette pluie.

Ouais, je n'ai rien trouvé de mieux que lui faire la morale, mais bon c'est bien mon genre ça. Si elle le prend mal, tant pis. Je n'ai pas pu m'en empêcher. Je me désintéressai de sa personne pour regarder ailleurs avant de poursuivre toujours avec cette même voix vide.

- Enfin, c'est pas comme si j'en avais réellement quelque chose à foutre, je dis juste.

Bon ce n'est pas complètement vrai. C'est dommage d'endommager cette guitare pour rien comme ça. Pff, ça m'énerve depuis que j'ai Mipha, j'ai l'impression de m'inquiéter davantage du bien-être des autres. Ça doit s'arrêter, je dois les aider dans leur misère, pas m'occuper de leur santé. S'ils veulent se rendre malades, ce n'est pas mon foutu problème. Après cela, je décidai de recommencer à marcher en direction du centre-ville, sans attendre sa réaction face à mes paroles et sans rien ajouter de plus. J'avoue c'est impoli, mais je suis ainsi. Puis, que pouvais-je lui dire de plus? Je parle presque, ou plutôt pas du tout, aux passants dans les rues. Alors j'en sais trop rien.
Each and every one of you... making those silly faces.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 26
Date d'inscription : 31/08/2017

Feuille de personnage
Âge: 24 ans
Ormëns: 900
Santé:
100/100  (100/100)
avatar

MessageSujet: Re: [PV Adriel] Promenade sous la pluie   Sam 20 Jan - 14:38

Il pleut sur Shimamoto...
Promenade sous la pluie
Finalement, la plus commençait sérieusement à l'énerver. Certes, c'était calme, musical et déstressant, mais elle en avait assez de zigouiller sa guitare de plus en plus. En réalité, elle s'en fichait pas mal de savoir que son instrument pouvait prendre l'eau, tant qu'elle fonctionnait encore. Mais si, un jour, un malheur faisait qu'elle ne marchait plus, elle s'en voudrait toute sa vie de ne pas avoir pensé à faire attention avant. Cela, elle s'en rendait compte à chaque fois qu'elle rentrait chez elle sous la pluie accompagnée de sa guitare, mais, chaque fois, elle reportait le redoutable instant où elle devrait sérieusement songer à remédier à ce problème qui pouvait s'avérer conséquent. D'ailleurs, la pensée qu'Ankarah se fit fut doublée par les paroles de l'homme qui lui avait foncé dedans. La jeune femme sembla réfléchir un instant avant de daigner lui répondre. D'ailleurs, elle se fichait pas mal de son intervention, mais autant rester aimable. Il ajouta ensuite qu'il en avait pas réellement quelque chose à foutre. La jeune femme ne pu s'empêcher de sourire en songeant que s'il s'en fichait, il ne lui en aurait même pas fait la remarque et aurait passé son chemin.

"Mmmh, c'est vrai, ça fait un moment que j'y pense... Mais c'est cher les housses de protection ! Et puis, il ne pleut pas si souvent ici, je n'en ai pas réellement besoin."

Bien sûr, elle avait dit cela de façon ironique. La Zone Nord était justement connue pour son tempérament disons... pluvieux. Ankarah contempla ses pieds un instant. Ses chaussures commençaient, elles aussi, à être dans un état incroyablement piteux. D'ailleurs, à peu près tous ses habits étaient dans un état incroyablement piteux. Elle constata, soulagée, que l'homme n'était pas vraiment mieux habillé qu'elle. Il ne devait sûrement pas être un Adamai ou un Waffu, non. D'ailleurs, les Adamaïs et les Waffus ne venaient pas souvent dans ce quartier là.

"Malade ? Non, non, ne t'inquiète pas, je ne suis jamais malade, je suis bien trop habituée à chanter et jouer dehors."

La jeune femme laissa échapper un mignon petit rire et son visage radieux s'illumina. Dès qu'elle parlait de musique ou de ses talents personnels, ses yeux pétillaient et le sourire se dessinait si bien sur son visage qu'elle semblait soudain être l'une des personnes les plus heureuses au monde. D'ailleurs, dans ces moments là, la tristesse perpétuelle sur son visage semblait s'estomper sans non plus s'effacer complètement, comme pour créer un équilibre parfait entre joie et mélancolie.

Ankarah revint à la réalité au moment où l'étranger commençait à partir en direction du Sud (probablement pour se rendre au centre-ville). La jeune fille garda son immense sourire. Après tout, elle aussi se rendait là-bas, elle pourrait l'accompagner. Ankarah s'empressa de le rejoindre et commença à marcher à sa hauteur. Je ne lui fis pas la remarque sur son impolitesse et me contentai de sourire avant d'ajouter:

"Tu vas par là ? Moi aussi, j'habite dans le centre-ville, on peut faire le chemin ensembles... Si tu le souhaites bien sûr..."

Ankarah n'était pas sûr qu'il accepterait. Après tout, il semblait être solitaire, réservé et taciturne. Il n'avait peut être pas envie qu'une jeune femme comme elle l'accompagne. Mais après tout, elle aussi était solitaire, comme lui, elle ne voyait pas comment elle pourrait le déranger. D'ailleurs, la plupart des gens trop bavards n'aimaient pas vraiment se balader avec elle. Justement parce qu'elle n'était pas réceptive au blabla incessant des personnes qui parlent pour rien dire. Ankarah ne parlait jamais trop, et d'ailleurs, elle ne parlait pas du tout avec ce genre de personnes. Elle jugeait souvent que raconter sa vie était un acte inutile et égoïste. Sauf si la personne s'intéresse à toi et veut en savoir plus sur toi, bien sûr, mais ça c'est un autre point.
Ankarah leva les yeux au ciel. La pluie continuait de tomber en trombe sur la Zone Nord.

GOTHEIM sur Never Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 18
Date d'inscription : 04/01/2018
Age : 25

Feuille de personnage
Âge: 30 ans
Ormëns: 700
Santé:
100/100  (100/100)
avatar

MessageSujet: Re: [PV Adriel] Promenade sous la pluie   Dim 21 Jan - 22:35

  • Adriel Martel
  • Ankarah Ash
Promenade sous la pluie
Cette fille est un peu étrange quand même. Elle aime son instrument, ça se voit, mais elle ne prend pas la peine de le protéger convenablement ou de simplement le laisser à l'intérieur. Après, si elle vit dans le coin et qu'elle aime en jouer, elle ne risque pas de la sortir très souvent de chez elle. Il pleut toujours dans ce coin pourri. C'était quoi l'idée de venir se perdre ici? Bon évidemment, c'est Mipha, je ne peux rien lui refuser à cette gamine, elle m'a tellement cassé les pieds pour venir ici en plus. Elle voulait surement voir l'animation de ce quartier, elle commence tranquillement à s'intéresser à la musique. Tant mieux, elle ne finira pas comme moi, du moins tant que je la garde dans le secret... Bref, tout ça pour dire que cette pluie commence à m'énerver. Le centre-ville n'est pas l'endroit que je préfère, avec tous ces Adamaï et ces Waffu qui se la pètent en nous regardant de haut, mais au moins nous ne sommes pas trempés complètement presque tous les jours pendant une balade. Ce ne serait pas l'idéal pour Mipha qui est souvent malade, par chance avec les années, je me suis renforcé. Je ne tombe plus malade comme lorsque j'étais gamin. Je ne suis plus faible désormais, même si on pourrait penser le contraire vu ma taille. Bon du coup, elle m'a rapidement ramené à la réalité lorsqu'elle me donna la raison, du pourquoi elle ne protège pas sa guitare. Ce n'est pas con, j'y avais pas pensé. L'argent ne tombe pas des arbres, moi-même j'ai des problèmes de ce côté, bien que je m'en tire pas trop mal pour l'instant. Enfin, c'est mieux de mettre de côté pour ça que devoir en racheter une, car l'autre est brisé, non? Bon, pourquoi je m'en préoccupe encore? Ça me saoule, arrête de t'occuper de la guitare de cette gamine.

Et voilà. Faire la morale aux gens n'est pas la bonne chose à faire, car il est évident qu'ils vont te répondre ensuite. Elle n'est pas souvent malade? Et bien tant mieux pour elle, on est deux. On a un point en commun, c'est cool... Enfin, j'apprends au passage qu'elle est une Rüwel, bah oui qui d'autre va jouer d'un instrument et chanter dehors à part eux, même si c'est sous la pluie? Je n'ai rien contre eux d'ailleurs, ils font leur petite vie tranquille et font chier personne. Du moins, pour la majorité, il y a toujours des exceptions bien sûr. Enfin, voilà je l'ai planté là sans rien ajouter à ce qu'elle venait de me raconter. Je continue de marcher en direction du centre-ville, en regardant devant moi cette fois pour éviter une nouvelle collision avec quelqu'un. J'entendis quelques instants après l'avoir quitté des pas s'approcher de moi. Je regardai la jeune femme marcher désormais à ma hauteur, un sourire coller au visage. Encore. Comment font les gens pour sourire autant bon sang? Je devrais pas me poser de questions, c'est moi qui ne suis sans doute pas normal. J'avoue, encore une fois, que cette jeune femme est plutôt belle, même si je n'aime pas trop cette grimace qu'on appelle sourire, ça lui va bien. Tandis que moi, j'ai toujours la même tête que depuis le début.

"Tu vas par là ? Moi aussi, j'habite dans le centre-ville, on peut faire le chemin ensembles... Si tu le souhaites bien sûr..."

Tiens-j'aurais cru qu'elle m'aurait fait une remarque sur mon impolitesse. Ça m'arrange, elle ne me cassera pas les pieds avec ça, mais pourquoi vouloir m'accompagner? C'est bizarre. Bon, on va du même côté, donc ça serait débile de lui dire non et de lui faire prendre un autre chemin qui va rallonger le trajet, car je n'ai pas envie d'avoir de la compagnie. Si elle n'a pas une grande gueule ça devrait aller. Je reportai mon attention devant moi tout en continuant de marcher au même rythme.

- Ça m'est égal...

Franchement, avoir quelqu'un à mes côtés, ne me dérange pas et cette fille ne me semble pas trop chiante. Pour l'instant du moins, je ne la connais pas et puis on fait juste le chemin vers le centre-ville ensemble, ça ne sera pas très long. Je doute fort qu'elle ait la patience et l'envie de rester très longtemps avec un mec dans mon genre de toute façon. Je ne suis pas le genre de gars très agréable, elle l'a surement remarqué même si ça fait à peine quelques minutes qu'on est là tous les deux. Après un instant, je décidai de rentrer mes mains dans les poches de mon manteau, pas du tout adapter à ce temps pluvieux. J'ai été un peu con de ne pas penser à ça, mais je peux me réconforter en voyant que l'inconnue à mes côtés n'est pas vraiment mieux que moi. Cette pluie est glacée en plus, j'ai les mains complètement gelées et bien sûr mon geste n'est pas vraiment utile puisque je suis trempée de la tête aux pieds. Alors pour réussir à les réchauffer, ce n'est pas gagner.

La meilleure façon est donc d'oublier rapidement ce petit souci et de se concentrer sur autre chose, ce que je fis rapidement. Je tournai la tête vers les côtés pour observer les gens toujours autant animés. On pouvait entendre de la musique un peu partout, cet endroit est un endroit agréable, si on oublie la pluie et les gens débiles dans les bars. Je serais vraiment satisfait, si Mipha m'annonçait qu'elle souhaitait vivre ce genre de vie plus tard et non suivre les mêmes traces que moi, bien que j'assume complètement mon choix et ne le regrette pas. Je lui souhaite mieux bien sûr, c'est ma fille. Être une Shmer pour une fille aussi innocente que Mipha, ce n'est pas ce que je veux. Vivre de la musique, ce n'est pas mal. Il faudrait d'abord que j'arrive à lui en acheter un et lui faire prendre des leçons. C'est mal partie en tout cas, n'ai pas les moyens.

Je remarque après quelques minutes qu'il a de nouveau un silence entre elle et moi. Après, si elle m'accompagne pour discuter, elle n'a pas choisi la bonne personne. Enfin, ce n'est pas un silence trop gênant. Par automatisme, je passai ma main dans mes cheveux complètement tremper pour qu'ils ne collent plus à mon front. C'est pénible.

- Bon sang, elle me gonfle cette pluie.

Sérieux, de quoi j'ai l'air en plus. C'est dégueulasse. Foutue pluie, j'espère qu'il ne pleut pas au centre-ville. Je suis légèrement irrité par la situation, et mon regard le démontre légèrement, me semble qu'il ne pleuvait pas autant tout à l'heure où c'est juste maintenant que je m'en rend compte? Enfin, je n'ai pas fini de râler sur la mère-nature qui veut me faire chier aujourd'hui. Je décide quand même de poser une question à l'inconnue qui m'accompagne, sans pour autant tourner la tête dans sa direction.

- Pourquoi es-tu venue ici d'ailleurs?  La pluie ne t'emmerde pas?

C'est vrai quoi, ce n'est pas comme si elle pouvait ne jouer qu'ici. Elle pouvait jouer au centre-ville et éviter de se prendre toute la pluie sur la tête. C'est peut-être un peu trop curieux de ma part de demander ça, m'enfin trop tard hein.

Each and every one of you... making those silly faces.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 26
Date d'inscription : 31/08/2017

Feuille de personnage
Âge: 24 ans
Ormëns: 900
Santé:
100/100  (100/100)
avatar

MessageSujet: Re: [PV Adriel] Promenade sous la pluie   Lun 22 Jan - 20:13

Il pleut sur Shimamoto...
Promenade sous la pluie
La pluie ne s'arrêtait toujours pas. Ankarah réfléchit un instant et se dit soudainement que cela faisait un bout de temps qu'elle n'avait pas vu le soleil dans cette partie de la ville. D'ailleurs, même lorsqu'il ne pleuvait pas, on ne pouvait pas vraiment dire qu'il y avait du ciel bleu. On pouvait en fait plutôt dire qu'il n'y en avait absolument pas. Ankarah se contenta de garder le silence lorsque l'homme lui dit que cela lui était égal, après tout, elle n'avait rien à répondre à cela. Et puis, cela l'arrangeait, elle n'aurait pas vraiment eu l'envie de passer par un autre chemin.

La jeune musicienne frissonna, probablement parce qu'elle avait remarqué que le jeune homme avait froid, lui aussi. Elle se fichait pas mal d'avoir froid tant qu'elle ne s'en rendait pas tout à fait compte. Mais lorsque quelqu'un à côté d'elle le montrait, elle se rendait subitement compte qu'elle se les caillait complet. Ankarah soupira légèrement et écouta longuement le splatch spongieux de ses "chaussures" sur le sol. Ce son était rigolo, et elle s'amusa à le synchroniser avec le splatch légèrement différent que produisaient les chaussures du jeune homme. Cela fit un drôle de concert qui faillit la faire rire mais elle s'en empêcha de peur de paraître ridicule.
Au même instant, l'homme râla à propos de la pluie. Il n'avait pas tort, cette pluie commençait elle aussi à la gonfler. La jeune femme hocha la tête.

"Mmh, oui, fichue pluie..."

La plupart des passants se pressaient sous la pluie et les bars étaient bondés à l'intérieur. Certaines personnes restaient dehors, protégées par un pan de toiture, ou sous un parapluie, mais même eux semblaient être trempés jusqu'aux os. Ankarah et son accompagnateur marchaient eux aussi d'un pas rapide, sans pour autant adopter un pas de course. La vitesse restait raisonnable et, pour l'instant, Ankarah ne fatiguait pas.
La jeune musicienne tourna la tête vers lui au moment où il lui demanda ce qu'elle faisait ici. Puis, elle reporta son attention sur le trottoir qu'elle observait depuis un moment déjà.

"Ma mère habite là, je viens la voir souvent... Eh puis, j'aime bien la pluie après tout, même si elle est parfois un peu barbante"

Ankarah soupira en se rendant compte qu'elle avait parlé d'une façon qui ne lui ressemblait pas, comme si elle avait soigneusement choisi ses mots propres dans une pile de linge sale, ce qui, en soit, était une chose parfaitement débile, surtout lorsque l'on parle à un Shmer dans une rue trempée, en était soi-même trempé.
Après cette réflexion quelque peu étrange, la jeune femme faillit de nouveau laisser échapper un petit rire mais elle s'en garda et continua d'observer le sol et ses chaussures, comme si toute la beauté du monde s'y trouvait, ce qui n'était absolument pas le cas d'ailleurs.
Parfois, elle jetait un coup d'oeil vers son interlocuteur, mais elle détournait bien vite les yeux. Elle n'avait pas que ça à faire d'observer un homme à l'allure douteuse et au corps détrempé par la pluie. Mais, d'un autre côté, cet homme était intriguant, il semblait même plutôt intéressant malgré ses manières peu élégantes, et cela ne déplaisait pas à la jeune fille de marcher en sa compagnie. Après tout, il n'était pas bavard, ni péteux, et tout homme non bavard et non péteux ne pouvait que plaire un minimum à la jeune femme.

"Et toi ? Que fais-tu ici ?"

Elle avait posé cette question après cinq minutes environ de silence. Beaucoup. D'habitude, on pose la question après avoir donné la réponse, dans la suite logique des choses. Mais la jeune femme n'était pas vraiment logique, et puis, le silence était souvent important. Elle avait en effet toujours pensé que les gens qui ne s'arrêtaient jamais de parler étaient hypocrites et bien incapable de réellement supporter l'autre personne. Certes, la jeune femme était parfois assez intéressée par la conversation pour y participer elle-même, mais ces fois là restaient rares et n'existaient qu'en présence de certaines personnes uniquement avec qui elle avait déjà affronté l'épreuve du silence. Car oui, selon elle, avant de savoir parler, il fallait savoir garder le silence. Cette reflexion là était certes étrange mais elle ne la formulait jamais à haute voix, de peur de sembler un peu pompeuse ou égoïste. Elle préferait donc garder cela pour elle, loin de ce que pourraient en penser les autres personnes.



GOTHEIM sur Never Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 18
Date d'inscription : 04/01/2018
Age : 25

Feuille de personnage
Âge: 30 ans
Ormëns: 700
Santé:
100/100  (100/100)
avatar

MessageSujet: Re: [PV Adriel] Promenade sous la pluie   Mar 23 Jan - 15:31

  • Adriel Martel
  • Ankarah Ash
Promenade sous la pluie
J'en ai vraiment ras le bol de cette pluie. J'ai hâte d'arriver chez moi, pour prendre une bonne douche chaude afin de me réchauffer, mais surtout ne plus ressembler à un pauvre chien mouillé. Oui, j'adore râler. Bien que j'évite tout de même de dire tout ça à haute voix, ça risque d'être pénible pour les autres et puis ils n'ont pas à savoir tout ce que je pense. Ils risqueraient de fuir en courant si je libérais toutes mes pensées parfois. Déjà que j'en effraie plus d'un juste avec ma façon d'agir, on ne prendra pas de chance pour devenir la terreur de la ville. C'est fou comme je me raconte n'importe quoi juste pour ne pas penser à cette fichue flotte. Bien que j'avoue que ça ne marche pas très bien, c'est difficile de faire abstraction de toute cette eau qui nous tombe sur la tête. Pourtant ce n'est pas comme si je n'étais pas habitué à ça. Quand j'étais gamin, je passais souvent des heures sous la pluie, car je n'avais pas vraiment de toit fixe. Il y a aussi quand je fais mon boulot, je n'en ai rien à foutre de la pluie dans ces moments. Après, le contexte est différent, j'ai juste envie de me balader sans me faire chier et en plus j'ai déjà une humeur de chien à cause de la connerie d'Edna, alors forcément ça n'aide pas beaucoup à apprécier cette température et puis l'inconnue est d'accord avec moi on dirait. Ce temps est énervant.

Je me retiens de soupirer une nouvelle fois, j'ai l'impression d'avoir soupiré très souvent aujourd'hui, mais bon cette journée était chiante. Du moins, tout à l'heure quand j'étais dans ce bar à attendre comme un imbécile. Certes, je râle contre le temps pluvieux, mais ce n'est plus trop mal pour l'instant. La jeune fille à mes côtés n'est vraiment pas énervante comme j'aurais pu le penser tout à l'heure, mais bon je juge immédiatement sans même connaître la personne, alors bon... Elle n'est pas trop bavarde et même si c'est silencieux, ce n'est pas gênant comme ça a déjà été avec d'autres personnes. On marche d'un pas rapide, mais ce n'est pas pressé comme certain personne autour de nous, ça veut dire que ce moment n'est pas si désagréable, non? Bref, je tournai légèrement la tête dans sa direction lorsqu'elle répondit à ma question. Qui n'était sans doute pas la meilleure question pour deux personnes qui se connaissent pas, mais malheureusement, je n'ai pas vraiment appris à faire la conversation avec d'autres gens dans le milieu que j'étais, alors je dis ce que je pense et ce que je veux, c'est comme ça.

"Ma mère habite là, je viens la voir souvent... Eh puis, j'aime bien la pluie après tout, même si elle est parfois un peu barbante"

Je ne rajoute rien après ces paroles et me contente de retourner la tête pour regarder devant moi. En fait, j'ignore quoi répondre à ça. Y a-t-il quelque chose à ajouter de toute façon? Je n'en sais rien, franchement je suis nul pour prolonger une conversation avec quelqu'un. Je préfère garder le silence, c'est moins compliqué. Enfin, ça ne m'empêche pas de me perdre un peu sur ce qu'elle m'a dit. Voir de la famille, même par un temps de merde, c'est logique, c'est bien ce que je ferais si bien sûr j'avais encore des parents. Bon, mes véritables parents sont peut-être en vie, mais je m'en fous pas mal, ce n'est pas eux qui m'ont élevé. En tout cas, ça confirme ce que je pensais, c'est bien une Rüwel cette fille. Tant mieux, j'ai envie de dire. Elle ajoute en plus qu'elle aime quand même un peu la pluie. Bof, si je pouvais la faire disparaître je le ferais. Je préfère voir le ciel personnellement, surtout la nuit avec ces étoiles. J'aime bien.

Le silence s'installa de nouveau et je sentais quelquefois son regard se poser sur moi. Ouais, j'ai un bon sens pour remarquer ce genre de petit détail. D'un côté je m'en moque complètement, mais a-t-elle quelque chose à dire? Ou bien, elle veut juste m'observer comme tout à l'heure? Je sais pas, elle est un peu bizarre. Je l'ai déjà dit ça je crois. Bizarre, mais elle m'intrigue un peu. Juste un peu. Pas plus.

"Et toi ? Que fais-tu ici ?"

Je réalise rapidement qu'elle vient de me poser une question, ou plutôt de me retourner ma question. Je ne fis pas vraiment attention à l'écart de temps entre sa réponse et le retour de la question, car parfois ça m'arrivait aussi de prendre de bonnes minutes pour reprendre la conversation. Je réfléchis davantage à ce que je vais lui répondre. Je lui dis la vérité? Même si j'aime pas trop parler de Mipha à d'autres, car on ne sait jamais à qui on parle, ça peut mal se terminer. D'un autre côté, elle ne m'a pas l'air bien méchant et je n'ai franchement pas envie de me casser le cul à formuler un mensonge, alors la décision est vite prise.

- À la base, j'étais venu me balader avec ma fille, elle voulait visiter le coin, mais ensuite...

Je m'arrête un instant. Le simple fait de repenser à la suite me casse les pieds. Cette femme que j'étais censé rencontrer est peut-être là-bas à m'attendre en ce moment, bien que j'en doute. Le savoir-ferait ma journée. Elle m'a fait poireauter un moment dans ce bar pourrit, alors je peux bien lui souhaiter la même chose non? Cette fois-ci je ne me retiens pas et soupire légèrement avant de poursuivre finalement.

- Ensuite, j'étais coincé ici. Je devais rencontrer quelqu'un qui ne c'est jamais pointé, alors je me casse...

On évitera les détails quand même. Elle n'a pas besoin de savoir que la personne en question était une femme et que je m'étais faits poser un lapin par cette dernière. D'ailleurs, je réalise qu'elle va peut-être être surpris d'apprendre que j'ai une fille vue ma gueule. Comme tout le monde quoi... Enfin, peut-être que sa réaction sera différente, qui sait? Après, elle pense bien ce qu'elle veut de moi, je m'en moque.
Each and every one of you... making those silly faces.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 26
Date d'inscription : 31/08/2017

Feuille de personnage
Âge: 24 ans
Ormëns: 900
Santé:
100/100  (100/100)
avatar

MessageSujet: Re: [PV Adriel] Promenade sous la pluie   Dim 18 Fév - 15:27

Il pleut sur Shimamoto...
Promenade sous la pluie
La nuit était tombée à présent, mais la pluie ne s'arrêtait toujours pas. Elle semblait néanmoins s'être légèrement calmée tandis qu'ils s'approchaient pas à pas du centre-ville.
Le ciel était d'un noir d'encre, ne laissant ni apparaître les étoiles, ni la lune. Pas étonnant avec tous ces nuages.
Lorsque la nuit était là, Ankarah se sentait plus sereine, plus calme, malgré tous les crimes qui se déroulaient la nuit, elle, elle n'en avait pas peur et se trouvait plus dans son élément, comme si la lumière du jour agressait ses yeux. La seule chose qui la dérangeait les nuits comme celle-ci était la température qui chutait peu à peu, alors que l'heure avançait. Le froid n'arrangeait pas les choses et même si on était pas en hiver, on ne pouvait pas dire qu'on pouvait se trimbaler en tee-shirt à une heure pareille.
Le jeune homme finit par répondre à sa question sans qu'il ne relève le temps qu'elle avait mis pour répondre. Ankarah le remercia intellectuellement, elle n'avait pas envie qu'on la fasse chier avec ça.
Ainsi, il avait une fille. Cela l'étonnait un peu, mais après tout, pourquoi pas. Elle se demanda à quoi ressemblait sa fille, quel âge elle avait, si elle était aussi étrange que son père et surtout, si elle avait une mère qui s'occupait d'elle à l'instant même où Ankarah et son père étaient en train de parler sur le chemin du retour. La jeune musicienne garda toutes ces questions pour elle, songeant que personne n'aimait que son interlocuteur ne s'introduise ainsi dans sa vie.
Le jeune homme continua sa phrase après un court silence.
Ankarah ne pu s'empêcher de sourire. Malgré son absence de détail, elle avait deviné qu'il ne s'agissait pas là d'une rencontre avec un homme d'affaire ou un politicien. Non, ce devait probablement être une rencontre avec une femme, vu le ton qu'il avait employé. Ainsi, cela répondait plus ou moins à la question de si sa fille avait une mère. Ou peut être qu'il l'a trompait, mais elle chassa très vite cette dernière option. Malgré l'aspect étrange de cet homme, elle ne l'imaginait pas ainsi, même si elle ne le connaissait pas.

Ankarah secoua la tête lorsqu'elle se rendit compte qu'elle avait analysé tout cela. Elle analysait toujours ainsi les propos des autres et cela la rendait elle-même fortement mal à l'aise. Le faible sourire qu'elle avait esquissé finit par s'effacer et elle continua de fixer devant elle, laissant une fois de plus un silence entre eux pendant un court instant.

"Drôle d'endroit pour se balader avec sa fille, elle aurait attrapé froid non ?"

Ankarah laissa échapper un faible soupir. Parmi toutes les questions qu'elle avait, elle en avait choisi une inutile, dont la réponse ne l'intéressait guère. Mais peu importait, au moins, elle ne risquait pas de s'introduire dans sa vie.
La jeune femme se rendit compte qu'elle ne connaissait toujours pas le prénom du jeune homme alors qu'ils marchaient ensemble depuis un moment déjà.

"Au fait, moi c'est Ankarah, et toi ?"

Elle préférait toujours donner son prénom avant de demander celui de l'autre. C'était une politique étrange, certes, mais elle avait ainsi l'impression d'être moins intrusive et de simplement échanger un propos quasi anodin sans montrer une réelle curiosité.
Ankarah remarqua avec bonheur que la pluie n'était devenu plus qu'un faible chuchotement qui ne tarderait plus à s'arrêter. Le ciel était moins sombre et au fur et à mesure qu'il s'approchaient du centre-ville, les passants devenaient de plus en plus nombreux et les bâtiments de moins en moins sombres et modernes.
Ankarah avait toujours apprécié cet endroit précis de Shimamoto, cet étrange instant où l'on passe de la Zone Nord au Centre-Ville, comme si l'on passait peu à peu d'un univers à un autre, tout en douceur. C'était un peu comme un monde parallèle qui se fermait lentement, laissant place à un autre, plus joyeux, plus chaleureux et incroyablement différent.
La jeune musicienne n'avait jamais eu de préférences entre le Centre-VIlle et la Zone Nord. Les deux savaient apporté quelque chose de différent, c'est cela qui était beau.




GOTHEIM sur Never Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 18
Date d'inscription : 04/01/2018
Age : 25

Feuille de personnage
Âge: 30 ans
Ormëns: 700
Santé:
100/100  (100/100)
avatar

MessageSujet: Re: [PV Adriel] Promenade sous la pluie   Lun 19 Fév - 22:16

  • Adriel Martel
  • Ankarah Ash
Promenade sous la pluie
On dirait qu'on a entendu mes prières, car la pluie semble s'être légèrement calmé. Il ne pleut donc pas dans le centre-ville, ou du moins pas beaucoup. J'espère quand même que lorsque nous aurons franchi la frontière entre la Zone Nord et le centre-ville cela s'arrêtera complètement. Combien de fois je vais le dire? Cette pluie me tape sur le système, je veux que ça s'arrête. Je suis vraiment de mauvaise humeur, c'est fou. J'ai bien fait de ne pas venir m'installer par ici, car oui j'avais hésité entre l'ouest, le nord et le centre-ville. J'ai finalement opté pour le centre, car c'était le coin le moins risquer pour Mipha. Même si cela me met un peu dans la merde du côté finance, c'est pour le bien de ma petite fille... Le froid de la zone Nord aurait surement emporté Mipha quand elle était bébé et l'ouest, il y a beaucoup trop de Shmer, ce qui est quelque peu problématique. Enfin bon, voilà... J'espère qu'elle sera heureuse.

J'espère qu'elle sera heureuse, même si elle n'a pas de mère. Cette fichue binoclarde qui m'a mis ça dans la tête, pourquoi fallait-elle qu'elle m'en parle aussi? Quelle idiote, je vais finir par me sentir coupable de priver Mipha d'une mère, mais qu'est-ce que j'y peux? On ne tombe pas en amour comme ça, surtout quand on se fait lâchement abandonner par la femme qu'on croyait parfaite et aussi quand on vit une vie comme la mienne. Pff... Mon humeur massacrante va se changer en déprime si je continue comme ça. Je tourne vite fait le regard vers elle pour remarquer qu'elle souriait après mes dernières paroles. Elle a deviné? Peut-être, elle peut bien s'imaginer toutes sortes d'histoires dans sa tête, ça m'est égal. Mes yeux se lèvent vers le ciel complètement noir et les quelques goutent de pluies me tombent sur le visage, alors que le silence retombait une nouvelle fois. Ce n'est pas trop chiant cette conversation avec tous ces moments de silence qu'il y a entre, ce n'est pas mal.

"Drôle d'endroit pour se balader avec sa fille, elle aurait attrapé froid non ?"

Ouais plutôt drôle, mais elle avait insisté et j'ai du mal à lui refuser lorsqu'elle me demande quelque chose. Quoi? Je la gâte trop? Pas du tout, tant qu'elle le mérite et c'est le cas, donc je suis prêt à l'amener où elle voudra. Mais il est vrai qu'elle pouvait facilement tomber malade par un temps pareil... Par chance, je me suis peut-être négligé, mais Mipha elle, était habillée de façon à ce qu'elle n'attrape pas froid ! Je passe une nouvelle fois ma main dans mes cheveux tremper afin de les décoller de mon front avant de lui répondre.

- Il ne faisait pas si froid ce matin et la pluie n'était pas aussi forte. Puis, elle a insisté pour venir, je n'ai pas pu refuser de l'amener. Elle aime bien la musique et le chant, alors c'est le coin idéal.

D'ailleurs à l'instant, elle devait être coucher bien au chaud dans son lit. Sauf si cette idiote d'Edna la garde éveillé pour faire toutes sortes de conneries dans l'appartement. C'est déjà arrivé, ça ne m'étonnerait pas.
C'est pendant que je m'imaginais tous les mauvais coups que pouvaient être en train de faire ces deux-là que la jeune femme à mes côtés reprit la parole pour poser une question des plus logiques.

"Au fait, moi c'est Ankarah, et toi ?"

Se présenter, j'y avais même pas pensé. On marche depuis quelque temps ensemble et on discute, mais on ne connaît pas le nom de l'autre. D'un côté, ce n'est pas un problème, mais bon, c'est mieux de savoir à qui on parle non?
Cette fois je ne pris pas de temps pour répondre, car laisser un moment de silence à cette question serait complètement débile. Je n'ai pas besoin de réfléchir, je connais la réponse, ou plutôt je connais mon prénom.

- Moi c'est Adriel.

Ankarah, c'est un nom plutôt original, j'aime bien, mais aucune chance que je lui fasse le compliment. Je garde ça pour moi, j'aurais l'impression de la draguer, ce qui n'est pas du tout mon but, on ne fait que marcher ensemble. Le décor autour de nous commençait tranquillement à changer, mais surtout, à mon plus grand soulagement, la pluie était pratiquement devenu du passé. On approchait du centre-ville. Il y avait toujours des gens dans les rues, mais ils devaient tous rentrer chez eux pour la nuit. Pourtant, depuis quelques minutes, je nous sentais épier et suivit, ce que je n'apprécie pas vraiment. Je jetais des regards discrets aux alentours, mais sans rien trouver d'anormal. Tout le monde sait que la nuit est dangereuse, même au centre-ville. C'est le moment où les criminels et même les petits briguant décident d'agir et j'avoue être en présence d'une belle jeune femme qui attire quelque peu l'attention. Je ferme les yeux un instant afin de réfléchir, mais les rouvre rapidement en regardant toujours devant moi.

- Tu vis loin? Si tu veux, je peux te raccompagner chez toi. Les rues ne sont pas sûres à cette heure.

J'évite de lui dire ce que j'ai remarqué, pour ne pas l'inquiéter, faisant simplement passer ça pour un geste de galanterie. Ça fait un peu bizarre, puisque je n'ai toujours pas changé d'expression et que ce n'est vraiment pas dans mes habitudes. Je ne vis pas très loin de la zone nord, je risque de faire un détour en la ramenant chez elle, mais je n'ai pas non plus envie d'apprendre le lendemain qu'elle s'est fait agresser, car j'ai décidé de rentrer chez moi au plus vite. Elle ne mérite pas ça. Personne ne mérite ça.
Each and every one of you... making those silly faces.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 26
Date d'inscription : 31/08/2017

Feuille de personnage
Âge: 24 ans
Ormëns: 900
Santé:
100/100  (100/100)
avatar

MessageSujet: Re: [PV Adriel] Promenade sous la pluie   Mer 28 Fév - 18:31

Il pleut sur Shimamoto...
Promenade sous la pluie
Ankarah frissonna, probablement pour la énième fois. Elle tenait toujours fermement sa guitare plus ou moins protégée à présent tandis qu'ils continuaient d'avancer sur le trottoir. Les passants ne semblaient pas se préoccuper de ces deux inconnus qui semblaient à la fois se connaître et à la fois non, et qui ne parlaient qu'une fois toutes les dix minutes. A présent, la conversation était légèrement plus fluide, certes, mais ce n'était pas non plus une un dialogue très élaboré.
Le jeune homme lui expliqua pourquoi il avait emmené sa fille ici et la jeune femme se contenta pour le moment de hocher la tête. Après tout, il avait raison, la Zone Nord était un endroit très intéressant pour les arts et la musique, c'était d'ailleurs le quartier le plus artistique de la ville, contrairement aux apparences. Il finit cependant par ouvrir la bouche, environ 3/4 minutes après qu'il ait parlé.

"Oui, c'est un quartier sympa la Zone Nord. A t-elle apprécié ?"

Un quartier sympa. Si sympa, que Ankarah avait décidé de ne pas y vivre. Oui, elle avait beau y passer le plus clair de son temps, il y avait des moments où elle ne supportait plus ce quartier détrempé aux odeurs de chien mouillé. Au moins, dans le Centre-Ville, il y avait plus de monde, les maisons étaient bien plus belles et les rues pavées ne donnaient pas l'impression de vivre dans un quartier pourri. Sa mère avait beau dire l'inverse, Ankarah savait pertinement que la Zone Nord n'était pas le plus agréable des endroits de Shimamoto. Oh, il y avait bien pire, à commencer par Mereth Avenue, mais il y avait bien mieux aussi. Et puis, développer sa musique autre part que dans le quartier des musiciens, c'était bien mieux et sa jouait en la faveur de sa potentielle popularité.

Ankarah secoua la tête et revint à l'instant présent au moment ou le jeune homme prononça son prénom.
Adriel. Ce nom sonnait si bien qu'Ankarah dû faire un effort surhumain pour ne pas le répéter. C'était un prénom plutôt original et simple, et, bizarrement, il était plutôt doux et calme. La jeune femme passa d'un geste machinal la main dans sa queue de cheval complètement trempée(qui n'en était d'ailleurs plus vraiment une). Elle aurait imaginé un prénom aux sonorités plus dures pour ce jeune homme étrange. Elle n'en fit cependant pas la remarque et hocha la tête une seconde fois, regardant toujours fixement devant elle.
Ils tournèrent au coin d'une rue pour s'engager sur le début de la voie principale du Centre-Ville. La pluie s'était enfin arrêtée mais le froid était toujours là, perçant, agressif. Ankarah avait l'habitude de faire ce trajet là, de nuit ou de jour, et elle ne tombait presque jamais malade malgré les températures généralement peu élevées de la Zone Nord. Mais ce soir-là, bizarrement, la jeune femme sentit que le froid l'avait envahie bien plus que d'habitude.
La musicienne éternua doucement comme pour souligner ses pensées puis elle tourna la tête vers Adriel qui était en train de lui proposer de l'accompagner chez elle. Ankarah tourna de nouveau les yeux droit devant elle et réflechit.
Elle n'avait pas envie d'importuner cet étranger, surtout avec ce froid. Mais d'un côté, sa présence ne la dérangeait pas, bien au contraire. Pour une fois qu'elle n'était pas seule pour rentrer chez elle. Et puis, il n'avait pas tort, il lui était déjà arrivé de se faire agressé par ici à cette heure-là. Oh, bien sûr, elle était partie en courant à temps et était rentrée dans un café bondé, mais ne sait-on jamais.

"Eh bien... Je ne veux pas te déranger... Si cela ne fait pas un très grand détour pour toi... Et puis, tu as ta fille, il faut que tu ailles la retrouver, tu ne penses pas ?"

Elle se tut et continua de marcher. Les passants se faisaient de plus en plus rares et la nuit de plus en plus noire. Parfois, ils passaient devant un bar bondé, mais le reste était calme, froid et légèrement inquiétant. Ankarah frissonna de nouveau, priant pour que le jeune homme la raccompagne chez elle. Elle n'avait pas très envie de finir le chemin seule, surtout qu'il lui faudrait bientôt quitter la rue principale pour prendre une petite ruelle mal famée qui l'a guiderait au quartier résidentiel.

GOTHEIM sur Never Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 18
Date d'inscription : 04/01/2018
Age : 25

Feuille de personnage
Âge: 30 ans
Ormëns: 700
Santé:
100/100  (100/100)
avatar

MessageSujet: Re: [PV Adriel] Promenade sous la pluie   Mer 28 Fév - 21:28

  • Adriel Martel
  • Ankarah Ash
Promenade sous la pluie
Hey, c'est moi ou notre conversation est un peu plus élaborée que tout à l'heure? Non, ce n'est pas qu'une impression. Nous discutons normalement, toujours avec des blancs entre, mais bon ça va, ce n'est pas grave. Ça me surprend moi-même. Normalement, je garderais le silence ou je répondrais de façon courte à ces questions, mais ce n'est pas le cas.  La conversation n'est pas trop chiante et la personne avec qui je discute aussi, alors ça donne, juste un peu, envie d'y participer. Pourtant, elle ne me semble pas plus spéciale que ça, elle est gentille, peut-être trop même. Bah oui, je suis impolie depuis le début, mais elle ne me fait aucune remarque là-dessus. Les femmes ont normalement tendance à faire remarquer ce genre de choses non? Enfin, c'est trop bizarre, mais bon je n'essayerai pas de me questionner davantage là-dessus. Si tout à l'heure je me faisais chier à en crever dans ce bar, là ce n'est pas le cas. C'est calme, la conversation ça va et la jeune femme à mes côtés est jolie, je ne vais pas m'en plaindre. Elle finit cependant par me demander si Mipha avait apprécié sa visite de la zone Nord.

- Ouais, elle a apprécié... Elle voudra sans doute revenir.

En fait, c'est sûr qu'elle voudra revenir par ici un jour. Voir toute cette ambiance festive, malgré les décors modernes et glauques qui nous entourent semblent l'avoir charmé. Tant mieux, mais je devrai trouver à nouveau du temps libre pour l'accompagner, ce qui est assez difficile avec tout ce que je fais. Parfois, j'aimerais tout arrêter pour me concentrer que sur elle, mais c'est impossible bien sûr. Nous avons besoin d'argent pour vivre, même si l'argent n'est pas gagné de façon très légale. Elle n'a pas besoin de le savoir ça. Bref, j'espère juste que je ne serai jamais suivi pendant que je suis avec Mipha. Je ne tiens pas à ce qu'elle soit impliquée dans quelque chose qui pourrait la traumatiser ou la blesser. C'est d'ailleurs pourquoi je souhaite raccompagner la jeune femme aux cheveux bleus... Même si....

Raccompagner quelqu'un, qu'est-ce qui va pas chez moi? Depuis quand je fais ça moi? Bon la situation m'oblige à le faire. On est suivi et je n'arrive pas à identifier les individus derrière nous. Je me fais peut-être des idées à cause de mon humeur massacrante, mais je ne peux pas prendre de chance et abandonner à son sort cette jeune femme, qui d'après moi, ne sait pas vraiment se battre. Contrairement à moi qui sais se battre, mais aussi tuer sans problème. Bon j'éviterai de m'en vanter tout de même et de faire cela ici devant autant de gens, je risque d'avoir des ennuis et aussi en causer à Ankarah qui ne mérite pas d'être impliqué dans mes affaires. De toute façon, il y a beaucoup trop de monde autour de nous pour que quelqu'un décide de s'en prendre à elle ou a moi, ça serait complètement con de leur part. Bon, après la stupidité des gens ne m'étonne plus maintenant, j'en ai déjà vue agir en plein jour devant pleins de gens, alors cela reste toujours une possibilité à envisager. C'est pourquoi, je garde en tout temps un couteau dissimuler dans mes vêtements. On n'est jamais trop prudent. Je suis Ymir, un grand tueur à gages, donc les problèmes ça me suit partout, bien que je dissimule toujours mon visage quand j'ai un contrat. Je suis peut-être un peu trop paranoïaque, c'est sans doute juste des briguant de rue qui veut agresser la jeune femme à mes côtés, mais on ne sait jamais à qui on a affaire.

J'imagine toujours le pire, comme ça je ne suis pas surpris s'ils passent à l'action ensuite. Cette ville, où qu'on aille, est corrompu jusqu'à l'os. Franchement, sans réel dirigeant, se monde va devenir un vrai merdier pour le peuple. Enfin tant pis, tout ce que je peux faire pour changer un peu les choses, c'est me débarrasser des nuisibles. Je soupire doucement avant de frissonner légèrement. Non, il ne pleut plus. Miracle ! Mais je gèle vraiment pour l'instant, mais vêtement est trempé, ce qui n'aide pas. Mais je devrai attendre encore un peu avant de pouvoir enfiler des habits propres. Je ne sais pas où elle vit exactement et si je devrai faire un grand détour pour rentrer. Mais maintenant que j'ai proposé je reviens pas sur ma parole. Je vois qu'elle aussi à froid même si la pluie s'est arrêtée. Je le vois du coin de l'oeil qu'elle frissonne et en plus elle a éternué. Ça ne m'étonnerait pas qu'on tombe tous les deux malades comme des chiens, même si on a dit que la maladie nous frappe que rarement. Quand on le dit, d'habitude c'est là que ça nous tombe dessus, c'est con non? N'importe quel homme aurait offert son manteau pour réchauffer la demoiselle qui l'accompagne, mais... Mon manteau est trempé, je risque pas de l'aider. Alors autant que je la raccompagne au plus vite pou qu'elle soit au chaud. D'ailleurs, elle finit par répondre à ma proposition.

"Eh bien... Je ne veux pas te déranger... Si cela ne fait pas un très grand détour pour toi... Et puis, tu as ta fille, il faut que tu ailles la retrouver, tu ne penses pas ?"

Je tournai la tête vers elle. Ma fille m'attend, mais elle doit dormir, donc que j'arrive maintenant ou plus tard, elle ne m'en voudra certainement pas. C'est plus Edna que je fais poireauter chez moi. Bon d'un côté, elle s'en fout, elle aime bien squatter mon appartement de toute façon. Elle doit dormir sur le canapé en ce moment. Je regarde ensuite le ciel couvert de nuage, le rendant très noir. Une nuit idéale pour des crimes. Hors de question que je la laisse seule.

- Ça va, ça ne me dérange pas. Puis, Mipha doit dormir à l'heure qu'il est, alors quelques minutes de plus ou de moins, elle ne le remarquera pas. Je préfère prendre 10 minutes de mon temps pour te raccompagner plutôt qu'il t'arrive quelque chose de malheureux.

Même si franchement, je ne suis pas le mec le plus intimidant qui soit, quand on ne voit pas ma gueule bien sûr. Je suis à peine plus grand qu'elle. Je me demande si ce n'est pas ce qu'elle doit se dire dans sa tête. Peu importe, ça ne me fera pas changer d'avis et il ne faut pas se fier aux apparences....

- Je te suis...

Dis-je doucement en regardant en face de moi. Il y a moins de monde autour de nous et nous apprêtons bientôt à arriver dans des petites rues menant au quartier résidentiel, mais mon imagination ne m'a pas joué de tour. On est bien observé et je crois avoir vu au loin les personnes en question. Pas de chance pour eux, je ne partirai pas.
Each and every one of you... making those silly faces.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 26
Date d'inscription : 31/08/2017

Feuille de personnage
Âge: 24 ans
Ormëns: 900
Santé:
100/100  (100/100)
avatar

MessageSujet: Re: [PV Adriel] Promenade sous la pluie   Ven 2 Mar - 11:36

Il pleut sur Shimamoto...
Promenade sous la pluie
Depuis le début, Ankarah n'avait fait aucun commentaire sur l'impolitesse de son accompagnateur. A vrai dire, elle n'en avait pas grand chose à faire, c'était sûrement dans sa nature de parler ainsi, elle ne pouvait pas lui en vouloir pour si peu. D'ailleurs, elle avait remarqué que, depuis le début, le jeune garçon était de plus en plus gentil avec elle, et il lui parlait mieux qu'au début.
Bizarrement, la jeune musicienne ne se lassait toujours pas de la présence incongrue d'Adriel. D'habitude, elle aurait déjà soupiré en silence une bonne trentaine de fois, mais ce n'était pas le cas. Aussi étrange que cela puisse paraître, sa présence ne la dérangeait toujours pas et elle commençait même à se dire qu'une fois qu'il serait parti, la vie reprendrait probablement le cours ennuyant qu'elle avait tendance à prendre.
Tout cela, Ankarah le garda pour elle. Elle n'était pas de ceux qui parlaient pour rien dire, et puis, parfois, il vaut mieux garder certaines choses pour soit, quitte et les dévoiler sous un autre angle un autre jour. Elle secoua la tête. Elle partait encore beaucoup trop loin dans ses réflexions. Elle aurait tout le temps de réfléchir une fois arrivée chez elle où elle serait de nouveau seule. Elle jouerait probablement un morceau de guitare improvisé, se préparerait un maigre repas, mangerait en pensant à toute sorte de choses, retournerait à sa guitare en grignotant un biscuit au citron...
Ankarah sourit en pensant à la soirée qui l'attendait. C'était le genre de soirée qu'elle aimait tout particulièrement. Simplicité, solitude. Ces deux mots lui convenaient parfaitement.
La musicienne tourna la tête vers Adriel à l'instant où il lui répondait. Mipha. C'était un joli prénom. Etait-ce lui qui l'avait choisit ? Ou la mère de l'enfant ? Encore des questions inutiles, songea Ankarah.

Apparemment, cela ne dérangeait pas le jeune homme de l'accompagner chez elle. Ankarah faillit pousser un soupir de soulagement mais elle le garda à l'intérieur d'elle. Elle se sentit soudain plus sereine et la rue sombre dans laquelle ils s'apprêtaient à tourner lui apparut beaucoup moins sombre que d'habitude.

"Merci, c'est très gentil à toi... C'est vrai que les rues ne sont pas très sûres..."

Ankarah prit le devant afin qu'il la suive et ils tournèrent dans la ruelle qui menait non loin de chez elle. D'habitude, elle ne passait pas par ce raccourci et prenait une ruelle légèrement moins sombre, mais cette fois-ci, elle ne craignait rien. Enfin, l'homme qui l'accompagnait n'était pas non plus la plus terrifiante des personnes, mais, étrangement, elle se sentait en sécurité. Il émanait de cet homme une force tout autre, cela, elle pouvait le sentir. Et puis, elle était tellement naïve qu'elle n'aurait jamais pu penser qu'il puisse lui arriver quoi que ce soit en sa compagnie.
La ruelle dans laquelle ils étaient ne présageait cependant rien de bon. Elle était si sombre qu'il fallait plisser les yeux pour en discerner les contours. Il n'y avait pas de lumières aux fenêtres (car probablement très peu de fenêtres donnaient sur cette rue) et pas de réverbères non plus. La musicienne regretta d'être passée par là mais n'en dit mot et elle se contenta de continuer d'avancer, bien malgré elle.
Parfois, elle jetait un coup d'oeil en biais pour vérifier qu'Adriel était toujours auprès d'elle. Cela la rassurait un peu.

"Nous devrions bientôt arriver dans la rue qui mène chez moi !"

Ankarah avait dit cela d'une voix légèrement tremblante. Elle commençait à avoir un peu peur dans cette étrange rue qui n'en finissait plus. En se retournant pour la énième fois vers Adriel, elle se rendit compte qu'ils marchaient dans la ruelle depuis à peine 10 mètres. La musicienne soupira. Le temps passait incroyablement lentement, ainsi elle pressa le pas, regardant fixement ses pieds pour ne pas trébucher. Elle n'avait aucune envie de se retrouver par terre avec ces ordures qui jonchaient le sol et les cadavres de rats qu'elle rencontrait parfois.
Ankarah frissonna et continua d'avancer, en évitant soigneusement de se retourner. Elle ne regardait pas non plus droit devant elle, ainsi ne se rendit-elle pas compte que deux personnes venaient à leur rencontre et qu'une autre était en train de les suivre depuis un moment déjà.

De toute façon, la jeune musicienne était déjà perdue dans ses pensées, songeant à ses biscuits et à son infusion qui l'attendaient. Rien que d'y penser, la peur la quittait peu à peu et elle se sentit plus légère. Elle ne se rendait pas compte qu'elle était en train d’accélérer le pas et que les deux personnes à la grande stature s'approchaient dangereusement. Non, tout ce qu'elle voyait au bout de cette ruelle, c'était la tisane, la maison, le lit, la chaleur du foyer, la tranquillité, la lumière, la chaleur, le lit, la maison, le biscuit, la solitude, la chaleur... Ces mots tournaient dans son esprit, tourbillonnant et se répétant sans cesse.

GOTHEIM sur Never Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 18
Date d'inscription : 04/01/2018
Age : 25

Feuille de personnage
Âge: 30 ans
Ormëns: 700
Santé:
100/100  (100/100)
avatar

MessageSujet: Re: [PV Adriel] Promenade sous la pluie   Ven 2 Mar - 22:09

  • Adriel Martel
  • Ankarah Ash
Promenade sous la pluie
Une chose est sûre on approche rapidement du quartier résidentiel. Il n'y a plus personne dans le coin et on commence à voir de nombreuses ruelles sombres, mal ou pas du tout éclairé. Maintenant que j'accompagne quelqu'un, je réalise que ce genre d'endroit n'est vraiment pas sûr pour des personnes qui ne savent pas se défendre. D'habitude, je passe dans le coin, la nuit, sans même me soucier qu'il fait noir ou que je ne vois rien. Le noir ne m'effraie pas et les ruelles glauques non plus, mais pas du tout. Je suis l'un de ces criminels que beaucoup redoutent, bien que moi j'aie gardé quelque peu ma conscience et n'attaque pas n'importe qui pour n'importe quoi. Je reste prudent en tout temps, c'est évident, je sais que si quelqu'un m'attaquait par surprise dans l'une de ces rues, je saurais comment me sortir de la merde, contrairement à beaucoup qui voudrait uniquement prendre la fuite. C'est un bon moyen pour ne pas avoir d'ennui, mais normalement ils ne vont jamais assez vite pour fuir. Je parle avec expérience. Je rattrape toujours ceux que je vise quand ils tentent de déguerpir. Non, ce n'est pas uniquement à cause de ma petite taille si je suis rapide. L'entrainement aide beaucoup. Bref, je suis parfaitement calme et surtout prêt à toute éventualité. Enfin, pas complètement calme. Je suis irrité de me faire suivre comme ça et ne rien pouvoir faire. Pour l'instant du moins. Si je me retenais pas, j'irais directement lui éclater la gueule à la ou les personnes derrière nous, mais bon je ne veux pas de problème ou encore effrayer davantage la jeune femme.

Car oui, même si elle tente de le camoufler, je l'ai vu. J'ai un bon sens de l'observation. Elle est soulagée que je l'accompagne jusque chez elle. D'un côté ça fait plaisir de voir qu'elle a suffisamment confiance en un inconnu comme moi pour la raccompagner. Ça arrive pas tous les jours. D'ailleurs. Pourquoi me fait-elle confiance comme ça? Je ne suis peut-être pas mieux qu'un autre, elle ne le sait pas ça. Je pourrais très bien lui tendre un piège, lui mentir et tout le bordel uniquement pour me la faire tranquille. Je n'ai pas l'air louche normalement? Bon, aller pourquoi je me casse la tête avec un truc pareil, elle doit bien avoir ces raisons pour accepter mon aide sans même se méfier. Bon sang, si Edna voyait ça, elle me casserait les pieds pendant des mois. Elle s'imaginerait toutes sortes de choses débiles. Je dois pas lui dire que je raccompagne une femme chez elle, je dois trouver une excuse à mon retard. Je lâche un dernier soupir discret après ces pensées plus que démoralisantes.

Je me contentai de la suivre lorsqu'elle me remercia avant qu'elle ne s'engage dans une ruelle. D'ailleurs, elle la bien choisit sa rue. La plus effrayante et noire de tout le lot, mais bon si c'était la plus rapide, je n'allais rien dire. Je tourne doucement les yeux vers Ankarah qui marche légèrement devant moi. Franchement, j'ai du mal à comprendre ce qui me prend d'agir de la sorte envers elle. Non, je ne fais pas ça uniquement pour ces beaux yeux. Elle est étrange, non en fait, elle m'intrigue pour une raison inconnue. Je dois avoir trop bu au bar, je perds la tête tout simplement. Dans quelques minutes, nos chemins se sépareront et tout redeviendra normal. Je ne la verrai sans doute plus jamais. Mon regard se retourne pour regarder devant moi, même s'il fait si noir qu'on ne voit pas très bien. Je remarque quand même qu'elle me jette des coups d'oeil, comme pour vérifier si j'étais encore bien là. T'inquiète, je ne vais pas disparaître, avais-je eu envie de dire, mais je me retins et me contentai d'avancer. 

"Nous devrions bientôt arriver dans la rue qui mène chez moi !"

Sans le moindre doute, je peux dire qu'elle n'est pas très rassurée, même si je suis présent derrière elle. Sa voix la trahit. C'était quoi l'idée de choisir cette ruelle au lieu d'une autre? C'est peut-être plus rapide, mais si c'est pour mourir de trouille, ce n'est pas l'idée du siècle. Enfin, je ne dis rien une fois de plus, alors qu'elle se mit à accélérer le pas sans prévenir. Je me dépêchai d'adopter le même rythme pour qu'elle ne crée pas un écart important entre nous deux. C'est à ce moment que je remarquai qu'on était suivi, mais cette fois la personne ne pouvait plus se cacher nul part dans cette ruelle étroite. Elle était bien derrière nous à quelques mètres. Elle adoptait aussi le même rythme de marche, ce qui me confirma que ce n'était pas juste une personne au hasard ayant tourné au même endroit. Pour couronner le tout, deux personnes arrivaient devant nous. Parfait on est coincé. Je jure en silence, alors que je sais que ce n'est pas deux personnes faisant une promenade de santé tard le soir. Deux silhouettes massives, sa annonce rien de bon. Mais alors que j'allais dire le nom de la jeune femme pour la faire revenir à la réalité, elle accéléra le pas une fois de plus me distançant légèrement. J'accélérai aussi en ouvrant enfin la bouche.

- Hey Ankarah...

Tentative d'attirer l'attention. Échec total. Certes j'avais chuchoté, mais on était suffisamment prêt pour qu'elle puisse m'entendre. Elle est perdue dans ces pensées, je tentai une fois de plus en l'appelant, mais aucun résulta. Les deux personnes en faces étaient maintenant à porter d'Ankarah qui ne semblait même pas remarquer leur présence. L'un d'eux tenta d'attraper la jeune femme, mais c'est sans compter mes réflexes. Je bondis presque de ma place et attrapa l'épaule de la jeune femme pour la tirer vers moi afin qu'il ne puisse la toucher. Dans ce mouvement, j'avais également attrapé le poignet de l'homme qui de cette main avait presque atteint sa cible.

- Je sais pas ce que tu allais faire gros porc, mais crois-moi je te conseille à toi et tes petits camarades de vite foutre le camp d'ici. Je ne suis franchement pas d'humeur à jouer avec des débiles dans votre genre.

Quoi je cherche la merde? Bah oui et alors? Ils font une bonne tête et même plus que nous deux, mais je m'en moque complètement. Ce n'est pas la taille qui compte non? Le troisième qui se trouvait derrière nous finit par nous rejoindre enfin, nous encerclant désormais. Je fixe le géant qui me fait face droit dans les yeux, le regard toujours aussi fermé que d'habitude.

- C'est toi qui vas dégager le nain, on veut ta jolie copine !

Bon, j'ai vraiment imaginé le pire tout à l'heure. C'est juste des voyous qui veulent se faire une jolie femme. Bien que ça ne doive pas être rassurant pour Ankarah que j'avais tiré derrière moi tout à l'heure. Tout en disant ces mots, l'homme s'avança vers moi dans l'intention d'user de sa force pour me jeter sur le côté comme une vulgaire mouche. Il ne se méfiait pas du tout. Avant que sa main crasseuse n'arrive jusqu'à moi, je lui mis un puissant coup de poing dans le ventre, dont on pourrait douter de la force. Mais le simple fait qu'il se plia en deux prouvait qu'il avait eu mal. Je lui enchainai immédiatement un coup de genou dans le visage, ce qui le fit tomber à la renverse. Ces potes jurent en voyant une telle scène et décident sans même réfléchir de nous foncer dessus. Je pousse Ankarah contre le mur de la ruelle afin de ne pas la mêler à cette histoire. Le premier tente de me mettre un coup de poing que j'esquive habilement. Franchement, des combats de rue j'en ai vu des bien mieux. Je lui retourne, mais moi je ne le manque pas. Le deuxième qui était derrière réussi cependant à me mettre un coup au visage, mais je l'envoyai sur les roses aussi rapidement que ses deux autres potes. Le premier qui s'en était prit pleine la poire, et qui a sans doute le nez cassé désormais, tenta de se lever couteau à la main. Je m'avançai vers lui avant qu'il ne puisse se lever complètement et écrasa de mon pied sa main qui tenait le couteau, le faisant ainsi gémir de douleur. Je me penche et l'attrape par le col de son chandail.

- Tes potes et toi allez dégager maintenant, si vous voulez pas plus de problèmes.

À ces paroles, je laissai dépasser le couteau qui se trouvait désormais dans ma manche pour que lui seul puisse le voir. Après cela, je le lâchai violemment et sans rien demander de plus, ils déguerpir rapidement. Je lâchai un soupir en frottant ma joue douloureuse et me tournai vers la jeune femme que je raccompagnais.

- Tu vas bien?

Dis-je des plus simplement, comme si rien n'était arrivé. L'air neutre, bien que je suis pratiquement sûr que la réponse ne sera pas positive. Après, je peux me tromper et au final ça ne lui dérange pas plus que ça, mais là franchement elle serait très bizarre. Je m'approche doucement d'elle, en espérant bizarrement, qu'elle n'est pas peur de moi maintenant, après avoir vu tout ça.
Each and every one of you... making those silly faces.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 26
Date d'inscription : 31/08/2017

Feuille de personnage
Âge: 24 ans
Ormëns: 900
Santé:
100/100  (100/100)
avatar

MessageSujet: Re: [PV Adriel] Promenade sous la pluie   Sam 3 Mar - 10:24

Il pleut sur Shimamoto...
Promenade sous la pluie
Ankarah était toujours perdue dans ses pensées. Elle en avait presque oublié le froid et la nuit et elle se sentait plutôt bien. C'était la méthode la plus efficace: fuir la réalité lorsqu'elle est trop dure ou trop inquiétante, et se réfugier dans ses pensées.
Cela avait toujours marché pour elle (plus ou moins bien sûr), et elle se disait même parfois qu'elle pourrait rester toujours dans ses pensées, cela ne lui déplairait pas tant que ça. La seule chose peut-être qui lui manquerait, c'est de jouer de la guitare. Et puis non, à bien y penser, cette idée était absurde, débile même. La réalité était certes difficile parfois, mais elle était bien plus concrète que les pensées. Ankarah soupira, elle partait trop loin, une fois de plus. Et pas dans le bon sens car, avec un peu de recul, elle se rendait compte que ses pensées n'avaient tout simplement pas de sens. Mais il valait mieux ça que de retourner à la réalité et devoir affronter les ténèbres de la ruelle sombre... La ruelle... Rien que d'y penser, Ankarah se réfugia de plus belle dans ses pensées sans se rendre compte ni des deux individus qui s'approchaient, ni de la voix d'Adriel qui l'interpellait, ni de l'autre intrus qui les suivait.

Soudain, Ankarah revint à la réalité. Elle ne comprit pas immédiatement la situation qui s'offrait à elle. Offrir n'était probablement pas le bon mot car cela n'avait aucunement l'air d'un cadeau. Un individu venait d'essayer de l'attraper mais Adriel avait bondi pour tirer Ankarah vers lui. Celle-ci, déboussolée, n'entendit pas les mots probablement menaçants qu'adressaient le jeune garçon qui l'avait accompagnée aux individus qui avaient tentés de la toucher. La jeune musicienne voulut dire à Adriel de se taire, qu'il n'était pas de taille face à eux, mais aucun mot ne sortit de sa bouche et elle assista donc à la scène sans pouvoir rien faire.
Elle tenait fermement sa guitare, de peur que, dans toute cette violence, elle ne tombe par terre et elle resta immobile tandis qu'Adriel mettait un énorme poing dans le ventre du premier qui se plia en deux sous la douleur.
La jeune fille ouvrit grand les yeux, se demandant si, par hasard, elle ne s'était pas endormie entre temps et n'était pas dans un drôle de rêve insensé mais elle se rendit vite compte que tout cela n'avait pas l'air d'être le fruit de son imagination.
Adriel poussa la jeune fille contre le mur tandis que les deux autres s'avançaient vers lui. Ankarah ferma les yeux un instant. Peut-être que le jeune homme avait réussi à en mettre un à terre, mais deux, plus costauds en plus, cela lui semblait impossible qu'il puisse les mettre à terre eux aussi. Mais à peine la jeune fille eut-elle le temps de formuler cette pensée que les deux individus s'étaient retrouvés face contre terre. Ankarah tourna la tête vers le troisième qui s'apprêtait à se relever, un couteau à la main. La jeune fille parvint finalement à formuler une faible phrase à peine audible.

"Adriel, le couteau..."

Il ne l'entendit probablement pas mais il l'avait lui aussi remarqué. Le jeune homme lui écrasa la main sous son pied avant même qu'il n'ait eu le temps de tenter quoi que ce soit.
Adriel leur dit de dégager, d'un ton menaçant et les trois esquintés s'en allèrent rapidement sans demander leur reste. Ankarah tourna la tête vers le jeune homme qui se massait la joue. Il se tourna vers elle et la jeune fille détourna les yeux tandis qu'il lui demandait si elle allait bien.
La jeune fille ne répondit pas de suite et regarda le sol. Evidemment qu'elle n'allait pas très bien. Mais en tout cas, elle allait probablement mieux que si Adriel n'avait pas été là. Cependant, la force qui émanait de lui lui faisait presque peur à présent. Certes, il l'avait sauvée, mais jamais elle n'aurait pensé qu'il était capable de faire ça. Probablement qu'il avait connu des combats bien pires que celui-là, et c'est cela qui l'a faisait peur. Elle se demanda même s'il n'avait pas déjà tué des gens.

"Eh bien... Oui ça va, enfin... Merci... Sans toi..."

Elle ne termina pas sa phrase et se força à le regarder, droit dans les yeux (il avait de beaux et étranges yeux bleus clairs d'ailleurs) et elle ne remarqua que maintenant les quelques cicatrices présentes sur son visage. Comment avait-elle pu ne pas les voir avant ?
En réflechissant, Ankarah se dit que ce n'était pas ses affaires et qu'elle en avait pas grand chose à faire qu'il ait déjà tué des gens ou non. Après tout, la ville était remplie de gens qui méritaient à peine de vivre, et puis, ce n'était pas ses affaires.

"Je... Merci..."

Elle avait répété ces mots tandis qu'Adriel s'avançait prudemment vers elle. Ankarah essaya de ne pas montrer sa peur mais elle ne bougea pas du mur pour autant. Non, il ne lui faisait pas peur. Elle se répéta plusieurs fois cette phrase dans sa tête en fermant les yeux. Lorsqu'elle essayait de se persuader de quelque chose, elle faisait toujours cela. Parfois ça marchait, d'autres fois pas vraiment, mais, au moins, elle aurait essayé. Et puis, sans lui, elle serait probablement passée par un autre chemin, mais qui dit qu'ils ne l'aurait quand même pas attaquée ? Après tout, cela lui était déjà arrivé une fois, et elle avait pu s'enfuir, mais cette fois-ci, à trois contre une, elle n'aurait eu aucune chance. Ankarah frissonna rien qu'à cette penser puis elle rouvrit les yeux.
Elle songea subitement à sa tisane, et à ses gâteaux. Elle n'avait qu'une envie, c'était rentrer chez elle. Mais en même temps, plus elle observait le jeune homme, plus elle se rendait compte qu'elle ne voulait pas vraiment le quitter pour ne jamais le revoir. Non, il ne lui faisait pas peur, elle avait réussi à s'en persuader. Du moins, elle en avait la ferme impression.

"Je devrais rentrer... Je peux faire une tisane si tu veux... venir..."

Ces mots n'avaient pas beaucoup de sens mais elle pria pour qu'il ne lui demande pas de répéter. Elle venait de l'inviter chez elle. Elle ne comprenait pas vraiment pourquoi elle avait pris cette soudaine décision, là, en plein milieu de sa phrase, mais apparemment ce devait être la décision à prendre. La jeune musicienne détacha son regard d'Adriel et regarda sa guitare qui n'avait pas reçu un seul coup malgré la bagarre. Elle la caressa doucement et machinalement, comme si elle tenait là l'animal le plus doux qu'il soit.

GOTHEIM sur Never Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 18
Date d'inscription : 04/01/2018
Age : 25

Feuille de personnage
Âge: 30 ans
Ormëns: 700
Santé:
100/100  (100/100)
avatar

MessageSujet: Re: [PV Adriel] Promenade sous la pluie   Sam 3 Mar - 21:33

  • Adriel Martel
  • Ankarah Ash
Promenade sous la pluie
Franchement, même s'ils étaient une bande de trouillard pas habile, celui qui m'a cogné avait de la force. Une sacrée force même. Ma joue me chauffe en ce moment, j'espère qu'elle n'enflera pas, je vais avoir l'air con et puis ça risque d'inquiéter Mipha si elle me voit blesser. Enfin, pas seulement Mipha, Edna aussi. Elle va me poser encore plus de question là-dessus, donc je vais prier pour que ce soit superficiel et que la douleur disparaisse rapidement. Sinon, je devrai sortir le mensonge le plus nul de l'univers qui marchera uniquement avec ma fille. J'ai foncé dans un mur. Ouais, c'est complètement débile, mais je m'en suis déjà sorti en balançant un truc comme ça un jour. Je n'aime pas lui mentir, mais pour lui cacher la vérité sur mon travail, c'est indispensable. Par chance, je ne sommes tombé que sur des petits rigolos, car sinon on aurait été dans la merde jusqu'au cou. J'ai beau être fort et rapide, il y a tout de même des limites à mes capacités. Trois contres un avec en plus quelqu'un a protégé dans le tas, c'est une situation particulière. En plus, ce n'est pas comme si on avait beaucoup d'espace pour bouger, la ruelle est étroite et on n'y voit rien, je suis déjà bon d'avoir aperçu le couteau de tout à l'heure. Sinon soit je me serais fait embrocher ou bien il aurait pris Ankarah en otage. En fait, il ne vaut mieux pas trop réfléchir à ce genre de choses. Ce n'est pas arrivé, je vais bien et la jeune femme que je raccompagnais va bien aussi, à part une légère trouille dont elle devrait se remettre d'ici quelque temps. Du moins, je l'espère en tout cas. Ce que j'espère le plus étrangement, c'est qu'elle n'est pas peur de moi. Pourquoi? Je n'en sais rien.

Pourquoi je m'inquiète d'un truc pareil? Elle peut bien avoir peur, me détester ou autres, ce n'est pas censé me dérangé. C'est quoi mon problème aujourd'hui? J'ai besoin de compagnie peut-être? Bon sang, j'en sais rien et ça me fait chier. Enfin, la voilà qui détournent les yeux lorsque je la regarde. Ça ne m'étonne pas. Je le sens d'ici. Cette peur qu'elle ressent. J'ai envie de pousser un soupir, mais je me retiens, me contentant de la regarder, alors qu'elle me répond qu'elle va bien tout en me remerciant. Elle ne termina jamais sa phrase. Sans moi quoi? Je crois que je compris la suite tout de même. Je ne dis plus rien. Je l'observe c'est tout. Pourtant, elle se força enfin à me regarder droit dans les yeux. Je ne m'y attendais pas, je croyais qu'elle tenterait de m'éviter jusqu'à temps qu'on arrive chez elle. Bon après, elle est là appuyé contre le mur et elle ne bouge pas. Mais bon, la peur nous paralyse, je peux comprendre. J'ai déjà eu peur moi aussi. Le jour où j'ai tué ma première victime, je crois que j'étais resté figé pendant quelques minutes à observer le corps en dessous de moi. Une vision aujourd'hui des plus banales à mes yeux. Enfin, j'avoue que ma situation et la sienne sont complètement différentes. Elle a tout de même failli se faire agresser par des hommes et à assister à un combat quelque peu violent sans le vouloir vraiment. Je la plains un peu. Au moins, je lui ai épargné l'horreur. Je n'ai tué personne.

Elle me remercia une nouvelle fois et c'est alors que je m'arrêtai à une distance raisonnable pour éviter de l'effrayer davantage. Elle n'est pas franchement douée pour le cacher. Je reste à ma place en continuant de l'observer, alors qu'elle ferme les yeux. Réfléchir sans doute. Je ne vais pas la perturber maintenant, elle doit encore se remettre du choc. À quoi je dois m'attendre lorsqu'elle rouvrira les yeux? Peut-être allait-elle se dépêcher de rentrer en me laissant derrière elle pour ne plus jamais me revoir? Peut-être continueront nous seulement notre chemin jusque chez elle, puis voilà. La dernière chose que je souhaitais c'était des larmes. Dieu sait que je ne supporte pas de voir quelqu'un chialer. Bon pas que je le supporte pas, ça ne me pose pas de problème, le truc c'est que je n'ai pas la moindre idée de ce que je pourrais faire dans ces moments-là. Cette fois un soupir discret franchit mes lèvres et je tournai la tête sur le côté pour regarder au fond de la ruelle, là où étaient partis les trois guignols. J'ai vraiment cru qu'ils nous laisseraient tranquille grâce à ma présence, je me suis trompé....

"Je devrais rentrer... Je peux faire une tisane si tu veux... venir..."

Mon regard se retourne rapidement vers elle. J'ai bien entendu là? Elle... Elle m'invite chez elle? Pourquoi? Je suis surpris, je ne m'attendais pas du tout à ça. Ce n'est pas la réaction que je m'étais imaginé. Du coup, aucun mot ne sort de ma bouche pendant quelques minutes. Accepté ou pas? Pourquoi j'accepterais? Je n'ai pas de raison, mais je n'ai pas non plus de raison de refusé. Puis, je veux vraiment terminer cette rencontre sur une note aussi... Merdique? Et ne plus jamais la revoir ensuite? Enfin, je dois quand même la raccompagner jusque chez elle comme promis.

- Hum... Ouais, pourquoi pas...

Je détourne les yeux un instant. Ne sachant pas quoi lui répondre ou faire de plus pour qu'elle se décolle du mur, mais également qu'elle se sente rassurée comme tout à l'heure en ma présence. Je me mis pourtant à me demander si elle ne m'invitait pas uniquement par pure politesse. Je le vois bien qu'elle n'est pas comme tout à l'heure, alors elle se force? Gardant toujours les yeux autre part, je repris la parole rapidement.

- Mais tu es sûre de toi? Ne te sens pas obligé de m'inviter chez toi uniquement pour me remercier ou un truc dans le genre. Je comprendrai parfaitement si tu as peur de moi et que tu souhaites rentrer au plus vite pour oublier tout ça.

Mes yeux retournèrent doucement se poser sur la jeune femme qui me faisait face. La peur est difficile à contrôler, je ne peux rien faire si désormais elle a peur de moi. Même si ça serait dommage. J'aimerais vraiment connaître la raison de cette invitation. Je n'ai pas envie d'aller quelque part où je ne suis pas désiré.
Each and every one of you... making those silly faces.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 26
Date d'inscription : 31/08/2017

Feuille de personnage
Âge: 24 ans
Ormëns: 900
Santé:
100/100  (100/100)
avatar

MessageSujet: Re: [PV Adriel] Promenade sous la pluie   Dim 11 Mar - 11:54

Il pleut sur Shimamoto...
Promenade sous la pluie
Ankarah était partagée entre la peur et le soulagement, la méfiance et la confiance, tous ces sentiments se mêlaient entre eux, s’emmêlaient même et plus la jeune musicienne réfléchissait, moins elle parvenait à en défaire l'incroyable noeud.
Certes, il venait de la sauvait, il venait de montrer qu'il n'était pas si faible qu'il le paraissait, mais Ankarah ne pouvait s'empêcher de se demander s'il faisait ce genre de choses souvent, s'il avait déjà tué des gens, même si elle n'arrêtait pas de se répéter que ce n'était pas ses affaires.
D'un autre côté, elle n'avait qu'une envie, c'était de le serrer très fort dans ses bras, de le remercier mille fois, et de lui montrer à quel point elle était heureuse d'être rentrée avec lui ce soir là.
Ainsi, Ankarah resta immobile, fixant ses chaussures, incapable de dissocier ses sentiments et d'en valoriser un plus que l'autre. Elle ne savait plus que faire, elle avait du mal à comprendre ce qu'il se passait dans sa tête.
Adriel resta muet lorsqu'elle l'invita chez elle. Ce n'était pas étonnant, elle même n'avait pas compris vraiment pourquoi elle avait fait ce geste charitable envers un homme qui lui faisait tout de même un peu peur. Et puis, elle ne le connaissait pas vraiment, la preuve, à chaque instant, elle était étonnée des gestes qu'il faisait. Ankarah aurait bien eu envie de pleurer, mais elle en était incapable. Elle était encore trop sous le choc pour verser des larmes et puis cela ne servirait à rien, même si cela aidait parfois à extérioriser. La jeune fille soupira tandis que le jeune homme détournait les yeux, incapable de répondre à son invitation. Après quelques minutes cependant, il lui répondit d'un air détaché. Ankarah poussa un faible soupir de soulagement. A vrai dire, elle n'avait pas vraiment envie qu'il s'en aille pour ne jamais la revoir. Et bizarrement, la peur semblait peu à peu s'en aller de son corps, malgré la scène qui venait de se dérouler. Après tout, il l'avait sauvée. C'était un peu comme un prince charmant dans les contes de fées débiles qu'elle lisait étant enfant. Cette image la fit légèrement sourire mais ce sourire s'effaça rapidement alors qu'Adriel lui demandait si elle était sûre d'elle. Voilà qui compliquait les choses, il venait de lui donner l'opportunité de réfléchir, de faire un choix, de choisir entre la méfiance et la confiance.
Adriel tourna de nouveau le regard vers la jeune fille et celle-ci plongea ses yeux dans les siens. Ce ne fut qu'à cet instant précis qu'elle comprit ce qu'elle devait faire. Méfiance, confiance, ces mots n'avaient plus de sens réel. Elle devait simplement écouter son instinct. Ankarah détourna les yeux et revint à la réalité.

"Oui, je suis sûre, je pourrais soigner ta blessure aussi, et puis, tu ne vas pas rentrer comme ça, trempé et en sang voir ta fille quand même !"

Le ton qu'elle avait pris était plus "normal", presque enjoué. Même si le mot enjoué était peut-être légèrement exagéré. En tout cas, elle avait repris plus ou moins ses esprits. A présent, elle n'avait plus envie de pleurer, ni de fuir, ni de le prendre dans ses bras d'ailleurs. Enfin, quoi que...
Ankarah regarda de nouveau Adriel.

"Allez, viens, on y va, c'est plus très loin"

Dire qu'elle avait faillit se faire agresser à deux pas de chez elle, cela la rendait folle. De plus, les agresseurs l'avaient peut-être repérée et elle avait peur à présent qu'ils ne reviennent un autre jour pour se venger sur elle, alors qu'elle rentrerait de nouveau seule. Ankarah secoua la tête pour chasser cette pensée comme pour chasser une mouche, regarda Adriel, s'empara de sa guitare posée contre le mur et elle reprit la route en direction de sa maison.
Elle ne regarda pas de suite si le jeune homme la suivait, même si elle savait déjà qu'il allait lui emboîter le pas. La jeune fille replongea de nouveau dans ses pensées, comme elle l'avait fait juste avant l'attaque. A présent, la jeune musicienne n'avait plus peur, en tout cas, tant qu'elle serait avec le jeune homme, elle ne risquait rien. Elle pensa de nouveau à la tisane et à son chat qui devait l'attendre lui aussi. Il commençait à se faire vieux, elle n'aimait pas le laisser trop longtemps tout seul. Elle n'avait pas envie de rentrer chez elle un soir, et de le retrouver immobile. Elle chassait une fois de plus cette mauvaise pensée. Non, elle rentrerait chez elle, son chat viendrait jusqu'à elle, trimbalant son vieux corps poilu et se frotterait contre les jambes de sa maîtresse.

GOTHEIM sur Never Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 18
Date d'inscription : 04/01/2018
Age : 25

Feuille de personnage
Âge: 30 ans
Ormëns: 700
Santé:
100/100  (100/100)
avatar

MessageSujet: Re: [PV Adriel] Promenade sous la pluie   Mer 14 Mar - 4:59

  • Adriel Martel
  • Ankarah Ash
Promenade sous la pluie
Je ne sais pas trop ou me mettre avec tout ça. Je ne sais pas quoi dire ou faire. La seule chose que je peux faire pour l'instant, c'est resté planter comme un piquet à l'observer, alors qu'elle semble se débattre avec elle-même. Je n'ai pas forcément envie de la déranger pendant ces débats intérieurs et je n'ai pas envie de la presser à prendre une décision à ce que je venais de lui dire. Je ne bouge donc pas, j'attends simplement qu'elle décide de reprendre la parole. Je continue de frotter ma joue douloureuse avec ma main. Franchement, j'apprécierais de pouvoir y mettre de la glace pour justement éviter l'enflure, mais bon je ne suis pas chez moi et je n'allais pas lui réquisitionner de la glace si elle ne souhaitait plus me voir. Ce que je comprendrais complètement. Je les sens arrivé les questions d'Edna... Je n'ai vraiment pas hâte à cela. Je me mets rapidement à songer à quel endroit ces gars nous avaient pris en chasse. Je n'avais pas tout de suite remarqué qu'on était suivi à cause du nombre de personnes présente dans les rues. J'espérais également qu'ils ne reviennent plus dans le coin et qu'ils aient eu leur leçon. Je ne serai pas toujours là pour la sortir de là, d'ailleurs il est fort possible qu'après ce soir, ou du moins lorsqu'elle ouvrira la bouche, que nous, nous quitterons sans plus jamais nous revoir.

C'est fortement envisageable avec tout ce qui vient d'arriver, mon caractère désagréable et puis voilà. Ce n'est pas pour rien que de nombreuses personnes qui sont passé dans ma vie ont disparu où m'ont laissé tomber. Comme la mère de Mipha. Je suis pas quelqu'un de bonne compagnie, j'en ai parfaitement conscience et puis les problèmes surviennent toujours en ma présence. Je me retrouve impliqué dans des combats ou autres et j'effraie ces personnes qui me sont chères. J'effraie même les femmes qui ont rendez-vous avec moi, alors qu'elles ne m'ont même pas adressé la parole encore, c'est pour dire à quel point j'effraie tout le monde. Enfin, peu importe... La seule chose qui me passe par la tête à cet instant pour essayer de la sortir de cet état était de m'approcher et de poser ma main sur son épaule afin de la réconforter, mais d'un côté, je ne sais pas si cela aurait vraiment l'impact voulu. Ce n'est sans doute pas de cette façon qu'on s'y prend pour quelqu'un d'effrayer. Lui taper la tête gentiment peut-être? Mais bien sûr que non, ce n'est pas un chien... La... Prendre dans mes bras? Non, hors de question, c'est trop bizarre....

Alors que je me perdais dans mes pensées, elle me rappela à la réalité. Surprise encore une fois. Elle était sûre d'elle et en plus elle souhaitait m'aider à soigner mes blessures. J'ouvris la bouche avec l'intention de dire quelque chose, mais la refermai aussitôt, finalement je ne savais pas trop quoi dire avec tout ça. Pourquoi se soucier d'un parfait inconnu, alors qu'elle devait être sur le choc et que le mieux à faire pour elle s'est se reposer, loin des personnes qui avaient causé cela? Franchement ça m'échappe complètement. Je réalise pourtant quelque chose. En sang? Oui, le coup qu'il m'a porté à réussit à me fendre la lèvre légèrement et je ne le remarque que maintenant. Bravo à moi-même, j'avais même pas fait attention à ce détail. Une fois de plus, je restai silencieux toujours en l'observant alors qu'elle avait l'air plus normal maintenant, moins apeurée. Je ne sais pas ce qu'elle s'est dit dans sa tête pour se calmer, mais je n'allais pas lui demander. Cette fille est bizarre, je ne cesserai de le dire, mais en même temps elle éveille ma curiosité, ce qui n'arrive vraiment pas souvent.

"Allez, viens, on y va, c'est plus très loin"

Je hochai uniquement la tête pour lui répondre. Ouais, je ne suis pas très bavard, mais franchement je suis surpris par tant de gentillesse, je m'y attendais pas tellement. Je la suivis lorsqu'elle reprit la route vers l'endroit où elle habite. Elle n'est plus très loin? Tant mieux, je n'hésiterai donc pas à lui demander de la glace pour ma joue. Pendant que l'on marchait, je l'observais de dos. Je devrais peut-être dire quelque chose maintenant? Après un instant à réfléchir, je finis par ouvrir la bouche en évitant de reparler du précédent problème.

- Tu vis seule? Je ne veux pas m'incruster et déranger...

Elle peut très bien vivre avec des amis ou même un petit ami, franchement une belle femme comme elle doit avoir une personne dans sa vie non? Bon après, je peux me tromper. Mais ça serait con de déranger ces gens, alors qu'il était tard maintenant. J'ai vraiment cette impression d'être mal à l'aise de me pointer là-bas. Sans doute parce que me retrouver en tête à tête avec une femme, une tisane dans les mains ne m'arrive pas souvent et je ne saurai pas trop quoi dire. Dans la rue comme tout à l'heure, ça va on marche, on dit deux trois trucs de temps en temps pourquoi pas, mais là. C'est un peu différent. 
Each and every one of you... making those silly faces.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: [PV Adriel] Promenade sous la pluie   

Revenir en haut Aller en bas
 
[PV Adriel] Promenade sous la pluie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Obama fait campagne sous la pluie alors que McCain annule...
» Voir Nice Sous la Pluie
» Une balade sous la pluie
» Sur le sol, sous la pluie... ♪ [PV Yasushi]
» Sous la pluie, tous les Cruenturs sont gris

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shimamoto :: Shimamoto :: Zone Nord :: Banlieue Hina-
Sauter vers:  
Partenaires